Poster un commentaire

Blue Jasmine… Cate Blanchett sauve Woody Allen

21013431_20130618152724286.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxJe ne vais pas y aller par quatre chemins : Cate Blanchett est comme toujours.. DIVINE…

Dans sa beauté pure et dure, dans son jeu d’une authenticité sans concessions, cadrée en gros plan pendant toute la durée du film !

Elle incarne à la perfection la perversité bourgeoise, noyée dans un alcoolisme mondain et un « paraître » dissimulant ses failles avec peine. La descente aux enfers de cette bourgeoise new yorkaise, banalement trompée par un mari (Alec Baldwin) escroc, laisserait finalement peu de traces sans cette actrice-reine à la présence et à l’énergie parfaites ! L’actrice britannique Sally Hawkins n’est d’ailleurs pas en reste en sœur assumant la modestie de leur milieu initial.

Cate réussit à insuffler une lumière à ce long métrage en dépit du pauvre scénario d’un Woody Allen, dont le sujet — redondant — de la bourgeoise new yorkaise, s’essouffle à mes yeux particulièrement..

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :