Poster un commentaire

Ma vision… de la Fondation Vuitton…

IMG_0547

Pas besoin de commenter à outrance ce qui est beau : voilà mon œil personnel sur la Fondation Vuitton…que je n’avais pas partagé avec vous… à son ouverture ! (oui je sais… mail il vaut mieux tard que jamais !)

IMG_0538

IMG_0556IMG_0555IMG_0550IMG_0531IMG_0543

Poster un commentaire

Les Cartes du Pouvoir au Théâtre Hébertot… Entre « Les Marches du Pouvoir » et « House of Cards » !!

40x60LCDPDEF.indd

Cela fait drôle de voir son propre métier caricaturé à l’extrême… même si on ne le pratique pas dans le domaine politique  ! 😉

Ayant non seulement lu d’excellents critiques (même si en général, ce n’est pas dans mes habitudes de les suivre.. 😉 ), j’ai eu très envie d’aller voir cette pièce pour différentes autres raisons… :

– J’avais aimé Les Marches du Pouvoir de – et avec – George Clooney et Ryan Gosling. Les Cartes du Pouvoir est l’adaptation française de la pièce de théâtre Farragut North de Beau Willimon (aussi scénariste de la série  House of Cards ! En 2012, Willimon a écrit le scénario de House of Cards, l’adaptation américaine de la série de la BBC du même nom. Il a été produit par David Fincher, et Kevin Spacey.), elle-même basée sur l’histoire vraie de Howard Dean. La pièce est à l’origine du film Les Marches du pouvoir (The Ides of Marchs) réalisé par George Clooney, sorti en 2011. Le film a fait l’ouverture de la Mostra de Venise 2011.

– j’adoooorrrre Raphaël Personnaz pour sa multiplicité de jeux (là il est génial dans le rôle de l’attaché de presse/jeune loup aux dents longues !) et la diversité de ses choix cinématographiques. Il ne s’enferme pas dans des rôles de « beau brun ténébreux » mais se challenge en permanence en variant la palette, allant de MariusFanny et César, signés par Auteuil (adaptations cinématographiques de la trilogie marseillaise de Marcel Pagnol),  à la La Princesse de Montpensier de Bertrand Tavernier en passant par la comédie avec La Stratégie de la poussette, aux côtés de Charlotte Le Bon, et réalisé par Clément Michel.

La présence de Thierry Frémont qui lui donne la réplique renforce l’effet pleinement ce personnage incisif que représente un Directeur de campagne en pleine Primaires… aux Etats-Unis !

Le Pitch de la pièce : Stephen Bellamy, attaché de presse et conseiller de campagne du gouverneur Morris est jeune, séduisant, brillant, ambitieux et déjà très expérimenté. Il prépare les primaires de la présidence américaine, sous la tutelle de Paul Zara, directeur de campagne incontournable qu’il admire et dont il a toute la confiance. Loyauté.. ou Trahison… Que choisir ?

De « coups de théâtre » en rebondissements en tous genres, au gré de la pièce, la posture et la psychologies de chaque personnage évolue tout au long de l’élection du candidat démocrate des primaires américaines, dans une atmosphère — à peine caricaturée — de  cynique conquête du pouvoir !

A ne surtout pas manquer ! Représentations au théâtre Hébertot jusqu’au 11 janvier !

Poster un commentaire

Turner : langueur et longueurs…

d48b1bf70e53c24993499a2409d94cea

Je me réjouissais d’aller découvrir M.Turner au cinéma Louxor, magnifique cinéma des années 1920, à Barbès, restauré et réouvert récemment en 2013.

le-louxor-en-1922_inside_full_content_pm_v8

Difficile d’être objective sur ce long métrage..
Passionnée de peinture, je lui trouve bien entendu sa raison d’être car il y a finalement assez peu de films sur la vie des peintres.

San Giorgio Maggiore, au petit matin  Aquarelle 1819 Tate Gallery, Londres

San Giorgio Maggiore, au petit matin
Aquarelle
1819
Tate Gallery, Londres

L’interprétation de l’acteur principal Timothy Spall est certes magistrale ainsi que la lumière de la photo mettant parfaitement en valeur ce « Peintre de la Lumière », comme on se plaisait à le qualifier.
Un bon moment d’esthétisme en somme… Mais… le scénario est d’une telle platitude ! On n’apprend finalement que très peu de choses sur le peintre et sa vie. J’aurais aimé en découvrir un peu plus sur ses relations avec ses contemporains, en particulier sur ses commanditaires…

Now for the painter, (Rope) Passagers montant à bord (Pas-de-Calais) 170×224 cm, 1827 Manchester City Art Galleries

On sait qu’il subit l’influence d’artistes tels que Willem Van de Velde le Jeune, peintre de marines néerlandais du XVIIème siècle, Albert Cuyp, peintre de paysages néerlandais lui aussi, John Robert CozensRichard WilsonClaude Gellée dit Claude le Lorrain ou encore Nicolas Poussin, maîtres du paysage.

En dépit de la grande interprétation de l’acteur Timothy Spall qui traduit parfaitement l’enveloppe rustre et abrupte de l’artiste et son mode de vie particulier, on ne saisit pleinement ni l’importance du travail de l’artiste de son vivant, obsédé par les paysages, ni la perception qu’ont de lui ses contemporains.. Le film le montre dans un milieu très aisé, au cœur de la haute bourgeoisie et de l’aristocratie anglaise.

Pluie, vapeur et vitesse, le chemin de fer de la Great Western  1844 National Gallery, Londres

Pluie, vapeur et vitesse,
le chemin de fer de la Great Western
1844
National Gallery, Londres

Lire la suite »

Poster un commentaire

Niki de Saint-Phalle : Violence et Elégante Sensualité…

visuelafficheniki

Enfin, j’arrive  à prendre le temps de vous en parler alors que j’ai vu l’exposition au Grand Palais, il y a bien 2 semaines maintenant… mais j’attendais aussi de lire la biographie d’Elisabeth Reynaud : Niki de Saint-Phalle « Il faut faire saigner la peinture ! ».

Quand on ne connaît pas ou peu Niki de Saint-Phalle, on pense que ses « Nanas » respirent la gaieté, la sensualité et l’épicurisme. Cette opulence de couleurs et de matières brillantes envahit l’espace telles les sculptures de Gaudi à Barcelone. Ces matrones, qui s’apparentent aux  « Déesses mères » du Paléolithique, nous emporte dans un tourbillon de ‘une gaieté, si l’on creuse la vie de l’artiste, est feinte et traduit certainement de profondes douleurs…

Nana de Niki de Saint-Phalle

Nana de Niki de Saint-Phalle

Traumatisée par un viol paternel, Niki de Saint-Phalle, artiste comme l’on dit « bien née » mais profondément rebelle, n’aura de cesse de s’affranchir de l’hypocrite « bienséance » de son milieu (fille d’un aristocrate français André de Saint-Phalle et d’une riche héritière américaine Jacqueline Harper) et d’exorciser le poids de ce viol.

Lire la suite »

1 commentaire

Les chevaux au Musée de la Chasse… Tout ce que j’aime !

Kate MCCGWIRE

 

J’ai une tendresse particulière pour le Musée de la Chasse et de la Nature pour l’avoir découvert petite avec toutes ces bêtes empaillées.. surtout l’Ours blanc qui me semblait si immense. Quel travail de résurrection a été effectué dans ce magnifique hôtel particulier du XVIIe : l’hôtel de Mongelas. un mélange de tradition et de modernité qui le prolonge dans un XXIème siècle grâce aux expositions contemporaines qu’il accueille au cœur d’un environnement chic et ancien.

Delton

Portrait équestre, Delton

Je l’ai (re)découvert à l’occasion du vernissage des expositions d’hiver… Un festival éclectique de vie mêlant de nombreuse petites expositions : des dessins de l’artiste animalier, portraitiste mondain et illustrateur Xavier de Poret (1897-1975) aux splendides œuvres en plumes de pigeon patiemment récoltées, nettoyées et assemblées en des formes ondulantes, presque en vie, créées par l’artiste Kate MCCGWIRE, en passant par l’exposition photo des portraitistes de chevaux de la dynastie Delton qui se sont fait une spécialité du portrait équestre. Il est passionnant, pour les amateurs de chevaux (comme moi ! 😉 ) de découvrir la centaine d’œuvres illustrant en images ce monde dépeint par Marcel Proust : princes des familles régnantes ou détrônées (Napoléon III, Eugénie, le prince Impérial, le duc de Chartres, Edouard VII d’Angleterre, le tsar Nicolas II, le roi de Prusse, le futur Alphonse XII d’Espagne, le prince héritier du Japon, Abd el Khader…), personnalités du monde, hommes politiques ou artistes (la duchesse d’Uzès, le prince Colonna, le général de Galliffet, Mata Hari, Emile de Girardin, le comte Greffulhe, Victor Hugo, Ferdinand de Lesseps, le maréchal de Mac Mahon, le prince Metternich, le prince Achille Murat, le comte Potocki, le prince Radziwill, le banquier Salomon, Sarah Bernhardt…).

Une jeune artiste Milène Guermont qui travaille avec talent un matériau original – le béton – a su trouver sa place au sein de ce foisonnement en exposant deux œuvres sous le nom de « Toujours au rythme d’un cheval au galop » : BARRE (vidéo) et ESCAMPETTE (sculpture dynamique).

Vue intérieure du Musée de la Chasse et de la Nature

Vue intérieure du Musée de la Chasse et de la Nature

Une belle sortie, féérique, avant Noël.. !

 

 

 

Poster un commentaire

Les Borgia : entre Maillol et Canal+… mon obsession du moment !

catalogue-d-exposition-les-borgia-et-leur-temps-musee-maillol

En ce moment, je suis à fond Borgia ! L’exposition « Les Borgia et leur temps » au Musée Maillol, Borgia l’ultime Saison (3) sur Canal+, le Hors-série de Connaissance des Arts… Je m’apprête même à racheter Le Prince de Machiavel qui a été inspiré par la vie trépidante de ce « suractif » et grand guerrier que fut Cesare Borgia, fils reconnu du Pape Alexandre VI (né Rodrigo Borgia) et frère de la non moins célèbre Lucrèce Borgia.

En 1492, Rodrigo Borgia accède à la plus haute distinction qui soit : La Papauté. Pape dépravé et cupide, il a le goût du pouvoir et l’esprit de conquête dont le bras armé sera Cesare Borgia en vue de l’unification des Etats Pontificaux. Pour assurer la position du Saint-Siège, menacé par les appétits des Etats voisins, il œuvre aussi par le biais d’alliances matrimoniales comme le mariage de Lucrèce avec un Sforza de Milan et et son fils Geoffroi à une fille du Roi de Naples. Lucrèce ne fut pas l’indigne femme décrite par Victor Hugo quelques siècles plus tard, mais vraisemblablement un véritable jouet entre les mains de Rodrigo et Cesare pour assouvir leur soif de pouvoir…

Rodrigo Borgia fut un grand mécène qui s’entoura d’artistes pour relayer sa parole et sa magnificence, au moment où le crépuscule du Moyen Âge laissa la place à un monde humaniste nouveau : la Renaissance.

De son Italie d’adoption à l’Espagne de ses origines, Alexandre VI aura été l’initiateur de nombreuses commandes picturales et architecturales dont la restauration du château Saint-Ange et la venue de Michel-Ange qui sculptera d’ailleurs La Pietà sous son pontificat. Redoutable stratège politique et militaire, Cesare qui le suit dans cette voie prend, entre autres, Léonard de Vinci pour proche conseiller : un mécénat à la gloire du « Prince ». Lucrèce, par son dernier mariage Duchesse de Ferrare, s’entoure quant à elle d’artistes, de musiciens et de poètes au sein d’une cour brillante.

Entre Violence, Luxure et Diplomatie… où se situe la frontière de la Magnificence ?

Poster un commentaire

Saint-Laurent de Bonello… l’œuvre de la Douleur…

Affiche-Saint-Laurent_scaledown_450

Après avoir vu il y a quelques mois, la version plus « traditionnelle » de Jalil Lespert inspirée des « Lettres à Yves » aux éditions Gallimard de Pierre Bergé qui les a écrites et adressées à Yves Saint Laurent après sa mort (cf. https://artyficielles.wordpress.com/2014/01/02/marrakech-et-essaouira-atterrissage-en-douceur-en-2014/ ; https://artyficielles.wordpress.com/2014/01/12/yves-saint-laurent-magnificence-de-la-creation-dans-la-douleur-et-lemotion/ ; http://www.paperblog.fr/6953840/yves-saint-laurent-magnificence-de-la-creation-dans-la-douleur-et-l-emotion/), j’attendais avec impatience de découvrir la version de Bertrand Bonello, que l’on disait nettement plus sulfureuse…

En fait, c’est tout simplement un autre point de vue qui offre une esthétique centrée sur le cadrage du Beau. Scènes longues et lentes pour illustrer la liaison de Saint-Laurent avec Jacques de Bascher, un dandy dont YSL tomba follement amoureux à la fin des années 60 – début des années 70 et qui fut l’amant d’une autre star de la haute-couture : Karl Lagerfeld. Ce dernier l’accompagna d’ailleurs jusqu’à sa mort en 1989 des suites du Sida..

Noyé par l’exigence de création imposée par les besoins de l’empire qu’il a créé avec Pierre Bergé, Yves Saint-Laurent dérive… «J’ai créé un monstre et maintenant je dois vivre avec» dit-il entre Amour et Désespoir, Haine et Dépression.

388785

Lire la suite »