Eléonore

Le Bourgeois Gentilhomme – ma version :)

Avec Tana, nous avions convenu de faire un billet croisé sur le Bourgeois Gentilhomme, qui passe en ce moment au Théâtre de la Porte St Martin avec François Morel dans le rôle titre.

Publicités

The Fall of Giants : plongée épique dans le 20è siècle

Dans mon agenda littéraire de ces dernières semaines, j’ai passé beaucoup de temps sur le dernier Follett, The Fall of Giants (La chute des Géants) sorti l’an dernier, premier tome d’une fresque épique sur le 20è siècle. Et je dois dire que j’ai adoré chaque page du roman.

Any Human Heart, itinéraire d’un enfant gâté

Les amis, je ne pouvais pas ne pas vous parler de ce roman que j’ai lu il y a quelques semaines, Any Human Heart de William Boyd (en français, A livre ouvert).

Un Royal Monceau sous le signe de la convivialité

J’ai été invitée par un ami il y a quelques temps (je suis un peu en retard sur mes billets), au vernissage d’une exposition au Royal Monceau à l’occasion des 60 ans du collectif Picto. Picto, c’est le premier laboratoire photographique européen, créé en 1950 à Paris par Pierre Gassmann, le tireur attitré des grands talents photographiques de ces années d’avant et d’après guerre.

L’immoraliste sublime d’André Gide

L’immoraliste, c’est l’histoire d’une déconstruction. Un homme, prédéterminé par son histoire à devenir un historien spécialiste de l’empire romain, se retrouve atteint de pneumonie lors de son voyages de noces avec une femme dont il ne fait pas grand cas – litote, quand tu nous tiens.

J’ai testé pour vous le festival « We love green »

We love Green, c’est le premier festival de musique qui place l’écoconception au coeur même de son système. Pour tout vous avouer, l’éco-conception, je m’en fous un peu mais ce qui m’intéressait plus, c’étaient les têtes d’affiche de ce samedi : Connan Mockasin, Of Montréal, DJ Koze…Mais surtout, plus qu’un concert, c’était l’occasion en ce beau samedi de se mettre au vert, du boire du rosé bio les pieds dans l’herbe en refaisant le monde.

J’ai rencontré le diable au cinéma

J’ai rencontré le diable, c’est une histoire somme toute classique de vengeance. Sauf que ça ne l’est pas. C’est un film cru, sans fard, d’une violence inouie. Et pourtant, jamais gratuite.