Poster un commentaire

Caillebotte : l’inimitable inimité..

Gustave Caillebotte, Pêche à la ligne, 1878 Huile sur toile, 157 x 113 cm, Collection privée © Courtesy Comité Caillebotte, Paris

Je sors à peine de ce ravissement.. Et là dans un des jardins de mon cher 18ème, allongée dans l’herbe, avec Supertramp « Breakfast in America » à fond entre les oreilles, je vous écris car j’ai une profonde envie de vous parler de Caillebotte ! (Si.. Si.. on peut aimer ET associer Caillebotte ET Supertramp!!!). L’IPhone a décidément été fait pour moi !!!!

Gustave Caillebotte, Un Balcon, 1880 Huile sur toile, 69 x 62 cm, Collection privée © Courtesy Comité Caillebotte, Paris

Du 25 mars au 11 juillet 2011, le Musée Jacquemart-André présente Dans l’intimité des frères Caillebotte, peintre et photographe. À la croisée de la peinture impressionniste et de la photographie, cette exposition évoque l’univers artistique et intime des frères Caillebotte.

Jamais imité, cet artiste inimitable (je parle du peintre bien sûr !) a fait sien le « cadrage photographique » des scènes qu’il retranscrit, en une vision totalement avant-gardiste (vision « challengée » peut-être par Degas avec ses scènes de ballet ».. à voir..)

Mes préférences vont aux scènes de la Gare Saint-Lazare, de la rue de Miromesnil et du Pont de l’Europe (que je traversais quotidiennement dans mon enfance pour aller à l’école.. Ma propre « Madeleine » de Proust en somme..).

Gustave Caillebotte, le pont de l'Europe (Esquisse), 1876, Huile sur toile, 125 cm × 181 cm, Musée des Beaux-Arts de Rennes

Mais ne sont en aucun cas en reste à mes yeux les scènes marines, de campagne ou jardins : Caillebotte à ce titre n’a pas son pareil pour suggérer, voire même imiter, le miroitement de la lumière et son scintillement sur l’eau.

Etant un des rares peintres les plus fortunés de l’époque (les scènes d’intérieur dans l’appartement haussmannien en témoignent..), Caillebotte put ainsi s’exprimer librement au travers de sa peinture sans les contraintes matérielles subies par bon nombre de ses congénères..

Et voilà.. J’ai encore porté aux nues ce cher Musée Jacquemart-André (ce n’est pas la première fois .. Et ne sera certainement pas la dernière !!!).
Un ultime passage par la magnifique fresque de Tiepolo, un mille-feuilles au café du musée.. Et le tour est joué.. votre journée s’en trouve magnifiée.

Musée Jacquemart-André :

158, bd Haussmann

75008 Paris

Tél. : 01 45 62 11 59

Fax : 01 45 62 16 36

message@musee-jacquemart-andre.com

Accès :

RER Charles de Gaulle – Etoile

Métro Miromesnil ou Saint Philippe du Roule

Autobus : 22, 28, 43, 52, 54, 80, 83, 84, 93

Parking :

Parking autobus gratuit (dépose-minute devant le musée).

Parking public : Haussmann Berry 24h/24 (au pied du musée).

Horaires d’ouverture :

Ouvert 365 jours par an, de 10h à 18h.

En période d’exposition, nocturnes le lundi soir jusqu’à 21h30.  

Le café est ouvert de 11h45 à 17h30.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :