10 Commentaires

Lacroix défonce la télé dans Téléviathan

Alexandre Lacroix, le rédacteur en chef de Philosophie Magazine (magazine auquel je suis abonnée depuis 2 ans et que je lis avec passion tous les mois) vient de publier un essai dénonçant la puissance de la télévision et des présentateurs télé dans le Téléviathan. Tout est parti de sa participation au débat post « Jeu de la Mort », ce faux jeu TV diffusé récemment sur France 2 qui reproduisait une expérience scientifique des années 60. Des candidats étaient poussés à administrer des décharges électriques – à des doses potentiellement mortelles – à un autre candidat qui est en fait un acteur. Et malgré les cris émanant du caisson où se situe l’acteur, 80% des candidats sont allés jusqu’à une décharge mortelle.Le Téléviathan commence par revenir sur les origines de ce bouquin, à savoir un clash entre Alexandre Lacroix et Christophe Hondelatte.

Suite à cette émission, un débat sur « La TV va-t-elle trop loin ? » est enregistré quelques jours avant diffusion. Il est animé par Christophe Hondelatte qui commence par faire parler un candidat et révéler son homosexualité alors que celui-ci n’a finalement plus envie de parler de ça en public. Lacroix, qui précise n’avoir pas de télévision depuis des années et ne pas savoir qui est Christophe Hondelatte, commence par une diatribe contre le petit écran. Hondelatte s’énerve et lui intime de quitter le plateau. Commence un peu un jeu de « il m’a dit qu’il a dit, mais non c’est moi qui lui ai dit ». Bref, on ne sait pas vraiment ce qui s’est passé, mais je pencherais sans hésiter pour la version du philosophe selon laquelle il aurait refusé d’obtempérer.

Ce clash selon lui, démontre exactement le propos du « documentaire » de France 2 : le présentateur a trop de pouvoir. Alexandre Lacroix décide de publier une tribune dans Libé le jour de la diffusion du Jeu de la Mort pour dénoncer cela. Il semble alors découvrir le poids de la télé : des « amis » qui avaient pourtant décidé de le suivre commencent à lui tourner le dos sur ce coup là.

Puis, cet essai enchaîne sur analyse de l’étude de la télévision par quelques philosophes / sociologues comme Bourdieu, Popper, Baudrillard, en passant par la catharsis de Socrate. Avec la plume limpide d’Alexandre Lacroix, c’est limpide, ça se lit d’une traite, c’est très convaincant. Son point est clair : jetez votre télé !

Je ne pense pas qu’on puisse nier l’érudition ni les qualités de raisonnement d’Alexandre Lacroix. Hondelatte le traite de « petit petit petit » philosophe, mais moi qui lis sa revue depuis plusieurs mois, je ne partage pas ce point de vue. Et pourtant, on sent une certaine naïveté à l’égard de la télévision dans son essai. D’abord, j’étais très surprise qu’il ne prenne pas la peine de se renseigner sur le présentateur qu’il allait avoir en face de lui. Et malgré toutes les références auxquelles il fait appel, je trouve qu’il tombe parfois dans une dénonciation simpliste de la TV qui délite la démocratie et qui abrutit le peuple sans jamais proposer d’alternative. Que peut-on ou doit-on faire alors ? Il faut visiblement réformer l’offre de programmes télévisuels, mais quid des autres divertissements ? Comment encourager les gens à regarder moins de télé ?

Lacroix se vante de n’avoir pas de télé depuis de nombreuses années, mais combien de foyers n’ont pas de télévision en France ? Moins de 5% je parie. Les 95% qui en ont une sont-ils tous à mettre dans le même panier ? Ne peut-on regarder un programme de temps en temps sans tomber dans l’abrutissement ? Quant aux conséquences politiques de la télégénie et de la « télécratie », le mal est fait et comme en économie on parle « d’effets de clapet », j’ai l’impression qu’il en est de même au niveau politique : on ne pourra pas revenir en arrière, à moins de télévision. Alors comment faire ?

Alexandre Lacroix n’apporte pas de réponses à ces questions. Ce qui fait que son essai semble manquer un peu de corps et de pensée : non pas celles des auteurs qu’il convoque, mais bien de la sienne. Dommage pour ce brillant auteur.

Publicités

10 commentaires sur “Lacroix défonce la télé dans Téléviathan

  1. Je n’ai pas bien saisi l’intérêt de ce billet… Serait-ce une dissertation qui se voudrait ‘philosophique »? Je pense qu’il aurait tout simplement mieux fallu nous diriger vers le magazine et nous laisser faire notre propre opinion.

  2. Ce billet n’a rien d’une dissertation et encore moins d’une dissertation philosophique. Il se trouve qu’en lisant cet essai (d’un philosophe que je connaissais par sa revue), je me suis posé certaines questions que je livre ici avec mon opinion, comme toujours dans ce blog. Je ne vois absolument pas en quoi ça t’empêche de te faire ta propre opinion.
    Et si tu veux lire dans le texte pour aller plus loin, je t’en prie, fais-toi plaisir : Philosophie Magazine est disponible dans tous les kiosques et le « Téléviathan » dans toutes les librairies.

  3. En sachant qu’une personne qui commente un billet est peut-être un(e) lecteur/ lectrice assidu(e), je pense que tu lui dois au moins le respect de ne pas lui répondre avec tant de condescendance.

  4. Ton premier commentaire est très vif et il me semble que je suis aussi en droit de défendre mon opinion. Cela dit, je te prie de m’excuser si je t’ai blessée dans mon commentaire précédent.

  5. Mais je t’en prie. ‘Blesser’ est un bien grand mot; on ne se connaît pas. Cela dit, c’est sûr que je ne reviendrai pas ici pour m’entendre dire d’aller acheter mon magazine en kiosque et mes essais en librairie. Comme on dit, un de perdu dix de retrouvés! 🙂

  6. Alors pour ou contre la TV ?
    Moi.. je suis pour m’affaler devant l’écran de TV !… avec quelques limites à ce que je peux avaler !
    🙂

  7. « Il semble alors découvrir le poids de la télé : des amis qui avaient pourtant décidé de le suivre commencent à lui tourner le dos »
    Allons allons… Comme s’il s’était attaqué à quelque chose de « dangereux »… Je suis désolé, mais défoncer la télé est tout de même une activité assez courant et plutôt bien vue, notamment dans les médias eux-mêmes. A suivre, mais cette affaire ressemble à un coup d’éclat publicitaire. Votre « petit petit philosophe » veut se faire un nom en tant que « l’homme anti-télé. La voie qui lui est toute traçée est d’avoir sa petite émission littéraire télévisuelle décalée à une heure avancée de la nuit. Ce dont il rêve en secret.
    http://unoeil.wordpress.com

  8. @Tana : oui je suis d’accord, ça fait parfois du bien !
    @Xix : je ne suis pas sûre qu’il veuille une émission littéraire la nuit (on pourrait peut-être réfléchir à un concept d’émission pour lui d’ailleurs ;-). Évidemment, je ne peux pas me prévaloir de savoir ce qu’il voudrait, mais dans Téléviathan, il explique avoir déjà refusé une proposition d’émission, justement pour ne pas mettre un pied dans l’engrenage.
    Dans tous les cas, je suis ravie de cette discussion !

  9. J’ai pour ma part trouvé ce livre risible.
    Je l’ai lu après « retour au meilleur des mondes », « on achète bien les cerveaux » et « petit traité de propagande à l’usage de ceux qui la subissent ». Autant dire que c’est comme jouer après les Beatles.

    Le livre commence sur l’épisode du « débat » lors DU soir ou la télévision était analysée à la télévision. Épisode somme toute risible selon moi, mais cela lui fournira son alibi pour écrire son livre. Car sans cela, ce livre ne mérite pas de sortir. Moi qui ait l’habitude de stabiloter les passages intéressants au point de faire gondoler la majeur partie du livre ( dans un ouvrage type Michéa ), je n’ai corné que 2 vulgaires pages.
    Trop peu de contenu, pour ne pas dire rien. Lacroix arrive même à conclure un chapitre sur « je ne sais pas quels sont les effets de la télévision sur les moeurs de la société ». Écrire un livre pour dire qu’il ne sait pas !!
    Il ne sait pas, c’est en problème en soit quand on écrit un livre, mais c’est un grave problème lorsque l’on traite la télévision. Ses conclusions, sur « ce qu’il sait », sont soient erronée, soit incomplètes. Il nie même l’influence de la télévision du le développement psychologique des enfants. Il prend les problèmes complétement à côté ( du type, « l’individu qui regarde une émission mettant en scène la torture est il pour autant un être mauvais ? »), ne se pose pas les bonnes questions. Ce qui est dommage pour un philosophe.

    Non, vraiment, en plus de ne rien nous apprendre sur la télévision, il nie son véritable pouvoir qui est celui du conditionnement. La télévision éduque nos enfants et est la cause principale de la hausse de la délinquance juvénile ( « phénomène de mode »), de l’anorexie, de l’infantilisation des rapports sexuels, de l’infantilisation de la beauté (elle fixe les normes esthétiques), du culte de l’image, de l’égo (et toutes ses corolaires comme la défiance de l’autorité familiale, institutionnelle)…C’est elle qui transforme les mœurs. C’est un vecteur culturel, et plus précisément, c’est l’outil de conquête du capitalisme ( on sait bien que l’empire pénètre par tout les fronts ).

    Ce livre ressemble plutôt à un journal intime d’un enfant qui se plaint d’avoir été mal traité, et qui tente d’enchaîner par un développement sur la télévision.
    Sans succès.

    Mon livre sortira sous le titre ( enfin, j’ai le temps d’évoluer d’ici sa parution ) : l’enjeu Politique du conditionnement télévisuel. De la fabrique du consentement à l’amour de la servitude.
    Voilà qui pose les véritables bases de l’analyse du rôle, et des effets, de la télévision.

  10. Merci Tom pour ton commentaire détaillé ! J’espère que tu nous feras parvenir un exemplaire de ton livre quand il sera prêt, je serais ravie de le lire. Et bonne chance pour sa finalisation !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :