6 Commentaires

Le Rêve de « Dreamlands » face à la Vérité de « Lucian Freud » au Centre Pompidou : un 360° en direct

Les nocturnes dans les musées, c’est génial ! Vous sortez d’une journée plus que stressante, vous en avez marre.. Ça tout le monde connaît.. Du coup, foncer immédiatement au Centre Pompidou un jeudi soir, jour de nocturne, pour découvrir à la fois un monde imaginaire avec l’expo « Dreamland » puis enchaîner par le réalisme acharné du peintre « Lucian Freud » (petit-fils de Sigmund Freud) .. je peux  vous dire ça décape.. bien  !!!

1ère expo : Dreamlands : l’utopie architecturale réalisée..

Présentée dans la grande galerie du Centre Pompidou du 5 mai au 9 août 2010, « Dreamlands » : c’est VRAIMENT Dreamland !

C’est le rêve qui fait avancer l’homme dans son appétit et son besoin d’innovation : Léonard de Vinci en fut le plus bel exemple : nous avons mis près de 500 ans après lui pour « Voler », alors qu’il avait déjà imaginé sa machine..

L’architecture procède de cette même démarche de rêve : le gigantisme, l’accessibilité, le besoin d’être séduit et de rêver sans limite aucune. Le titre de l’exposition renvoie directement à Dreamland, un parc inauguré sur le site de Coney Island, à New York en 1904. Détruit par un incendie en 1911, Dreamland est à l’origine d’une architecture du sensationnel, du rêve illimité et du divertissement qui se propage tout au long du XXème siècle. New York, le Las Vegas des années 50 et 60 et même de nos jours le Dubaï du XXIème siècle sont les dignes enfants de l’imaginaire de l’Homme et des utopies de la création des artistes. Le plus fascinant est de réaliser que ce rêve devenu réalité, et donc plus seulement fantasmé, a donné naissance à l’environnement de nos sociétés actuelles.

Villes imaginaires ou bien reconstitutions en carton-pâte, la plupart des métropoles du XXème ont été inspirées des fantasmagories urbanistiques, matérialisées sous forme de maquettes préparatoires quasi grandeur nature érigées dans les parcs d’attractions et les expositions universelles !

Un parcours didactique génial de 350 œuvres (photos, vidéos sur grand écran, maquettes plans, etc.) sous forme de labyrinthe chronologique et progressif — du pavillon « Le Rêve de Vénus » conçu par Salvador Dali en 1939 pour la Foire internationale de New york au Dubaï d’aujourd’hui — vous fascine et vous enveloppe de cet imaginaire où l’impossible n’existe pas.

Le lien avec la vidéo de l’expo : urbanisme.html

2ème expo : Rétrospective de Lucian Freud : un réalisme acharné et poignant..

Lucian Freud, aujourd’hui âgé de 88 ans, est une figure incontournable de la peinture contemporaine, et par ailleurs avec Francis Bacon, le plus célèbre représentant de l’Ecole de Londres. Cet artiste figuratif britannique, parmi les peintres vivants les plus importants au monde, n’avait pas été exposé en France depuis la première rétrospective que lui avait consacrée le Centre Pompidou en 1987.

L’atelier, point de départ de l’exposition, représente l’antre de l’artiste, le lieu de création de l’artiste obsédé par le sujet qu’il ne veut surtout pas reproduire mais dont il désire qu’il soit : l’œuvre est le sujet. « Je veux que la peinture soit chair (…) » ou encore « Pour moi le tableau est la personne » dit-il… Le modèle est observé dans le monde clos de l’atelier, laboratoire du peintre. Il y met en scène ses modèles évoluant dans son mobilier (plante verte, lit en fer, fauteuil usé, etc.).

Aucune concession, aucun « photoshopage » de l’image du portrait, du nu ou bien du végétal, chaque thème est retranscrit et exprimé dans sa vérité la plus poignante et dans sa dextérité technique la plus maîtrisée ! Une continuité légitime avec les maîtres comme Rembrandt ou Courbet..

J’en ai pris plein la G… si vous me passez cette expression directe !

Jusqu’au 19 juillet 2010

Publicités

6 commentaires sur “Le Rêve de « Dreamlands » face à la Vérité de « Lucian Freud » au Centre Pompidou : un 360° en direct

  1. oui incroyable télescopage entre ces deux expos, pour moi découverte de l beauté quasi flamande, sans concession de L Freund, à voir effectivement dans les lumières zébrées des ciels parisiens de cette fin de printemps pourri du moment entre 19h30 et 21H30… le centre pompidou est alors vraiment magique, comme c’était le cas ce dimanche soir en fin du w/e d’ascension et les salles étaient presque vides, un bonheur.

  2. On réitère pour une prochaine expo quand tu veux belle Caro !

  3. Un grand merci pour ce excellent article avec lequel je suis entierement d’accord
    Amicalement
    Gilles

  4. Touchée par votre fidélité !
    J’aime bien votre « Soir d’été à Marseille ».. il fait assez rêver 🙂
    A bientôt

    Tana

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :