3 Commentaires

Soul Kitchen et Ghost Writer : un week-end ciné

Alors que le printemps du cinéma a commencé, je suis tiraillée entre deux sentiments : l’enthousiasme d’avoir payé mes places 3,5 euros et l’effarement d’avoir du affronter une foule grouillante et survoltée dans un ciné qui affichait complet pour quasiment les 3 jours. Avec, au sortir des séances, pantelante et les cheveux hirsutes, une question en tête : « Est-ce que ça en valait vraiment la peine? » Retours sur Soul Kitchen et Ghost Writer, mes deux films du week-end.

Film 1 : Soul Kitchen de Fatih Akin

Fatih Akin, celui qui avait déjà réalisé Head-On, a bien changé de registre avec Soul Kitchen, une petite comédie qui ne mange pas de pain : deux frères tiennent tant bien que mal un resto brinqueballant et vont tout faire pour le maintenir à flot. C’est léger, bien joué, les mecs ne ressemblent à rien (les filles sont canons bien sûr), la musique est top…Tout ça serait encore mieux s’il y avait un scénario. Mais là, visiblement, il s’est fait la malle. Peut-être est-il lui aussi au printemps du cinéma ? On ne sait pas trop où on va et on a du mal à comprendre ce qui fait l’intrigue du film, d’où quelques longueurs. Bref, des personnages très attachants dans un joyeux bordel.

Film 2 : The Ghost-Writer de Roman Polanski

C’est officiel : je suis amoureuse d’Ewan McGregor, excellent dans Ghost Writer. Le thriller de Roman Polanski se défend vraiment bien avec un ex-James Bond à contre-emploi et une Kim Cattrall (Samantha de Sex and The City) qui dégouline d’autant plus le sex appeal que son personnage est tout en retenu. L’ambiance est angoissée à souhait, le scénario est très bien ficelé et se déroule tout seul.

Le pitch : Ewan McGregor joue le nègre d’un ancien Premier ministre britannique qui se trouve accusé de crimes de guerre par le Tribunal Pénal International de La Haye tandis qu’il rédige ses mémoires. Il se retrouve malgré lui à enquêter sur la mort de son prédécesseur.

Parfois  un peu long (ce plan sur Ewan McGregor qui baisse la poignée de sa valise était-il vraiment nécessaire ? ), the Ghost-Writer est très intéressant bien que la fin m’ait laissé sur ma faim (c’est mon côté psycho-rigide qui aime les histoires hyper cadrées).

Alors, est-ce que ça en valait la peine ? Franchement, oui. Bien que les films ne soient pas toujours au top, le divertissement vaut bien quelques égratignures pour 3,5 euros. 😉

Publicités

3 commentaires sur “Soul Kitchen et Ghost Writer : un week-end ciné

  1. Pour info, T’es en compét avec Alix sur Ewan McGregor (comme Ilham et moi sur Benicio !)
    L’ambiance printanière se réchauffe ! 🙂

  2. Oui ok le scénario n’est pas génial pour Soul Kitchen mais il y a quand même une histoire qui se tient… c’est plus une tranche de vie, un concours de circonstances à un moment donné et je n’y ai pas trouvé de longueurs…
    moi le grec je trouve qu’il ressemble à quelque chose 😉

    sinon, bises à Tana (Carole, cop de David!)

  3. Alors Tana, tu pourras dire à Alix qu’elle est belle comme tout, je la kiffe, mais Ewan, il est pour MOI héhé :-))))

    @Carole : je lui transmets, mais comme Tana est une lectrice assidue du blog (faut dire que ça ferait de la peine qu’on ne lise même pas nos billets respectifs :), je suis sûre qu’elle aura tes bises en direct.
    Au-delà de aç, tu as raison sur le côté « tranche de vie ». Au bout d’un moment, j’ai arrêté d’attendre « une intrigue » mais du coup, j’ai trouvé parfois que ça traînait en longueur. mais bon, ça reste un bon moment !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :