Poster un commentaire

Une magnifique « Révélation » pour la Journée Mondiale de la Femme

Je sors ce soir de l’avant-première du magnifique film La Révélation (Storm en anglais). A l’occasion de la Journée Mondiale de la Femme, ce 8 mars, de nombreuses avant-premières ont été organisées pour découvrir l’œuvre de Hans-Christian Schmid http://fr.ulike.net/Hans-Christian_Schmid qui sortira le 17 mars. J’ai donc eu la chance d’être invitée à l’avant-première donnée à Paris à l’issue de laquelle Geneviève Garrigos, présidente d’Amnesty International France, animait un débat sur le traitement et les sévices infligés aux femmes en temps de guerre et comment la justice internationale aborde le sujet..

En effet, ce film saisissant permet aux spectateurs qui n’ont aucune idée de ce que peut représenter cette justice internationale de découvrir les méandres politiques et le fonctionnement du Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie (TPIY).

Il est ardu d’écrire ce billet sur ce thriller politique par peur de manque de clarté et d’inexactitude. Mais je vais tout de même tenter de m’y employer..

Synopsis : 2009, Tribunal Pénal International de La Haye : Goran Duric, ex-Général en passe d’accéder à la présidence Serbe, comparaît pour Crimes contre l’Humanité. En charge de l’accusation, la Procureure Hannah Maynard est très vite discréditée par les déclarations mensongères d’Alen Hajdarevic, son unique témoin. Elle retrouve Mira, la soeur d’Alen, dont elle comprend vite qu’elle en sait beaucoup plus sur l’accusé que cette dernière ne veut bien l’avouer. Malgré les risques encourus pour sa vie reconstruite en Allemagne (ni son mari ni son fils n’ont connaissance de son secret), Mira cède aux pressions d’Hannah et décide de témoigner. Mais c’est là sans compter sur les rouages juridiques du Tribunal et autres collusions/négociations politiques que vont subir les deux protagonistes..

Comment continuer à exercer son métier de recherche et de défense de la vérité et de la justice quand l’on constate que le système est vérolé de l’intérieur… et contraint par des pressions purement politiques ? D’après Florence Hartmann (ex-porte-parole du procureur Carla Del Ponte au TPIY, ancienne journaliste au Monde en charge des Balkans et conseillère technique sur le scénario de La Révélation), « ..le TPI est devenu un instrument politique de pression permettant à l’ONU de mener des tractations avec les anciens protagonistes du conflit. C’est l’expression du conflit entre l’idéalisme de la justice et les exigences de la realpolitik et c’est justement ce que le film met admirablement en lumière. (…) »

Où s’arrête la justice ? Où commencent les pressions liées aux négociations ? Quels traitements sont réservés aux témoins qui se prêtent au « jeu » de la justice et tentent d’affronter leurs terreurs et les horreurs subies par le passé ?

Quelques réponses en images.. mettant en lumière la force des deux actrices principales..

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :