8 Commentaires

Une soirée au musée d’Orsay… 2 expos : Ensor et L’Art Nouveau Revival

James Ensor (1860-1949) La Mort et les masques 1897 Huile sur toile Liège, musée d'Art moderne et d'Art contemporain de la Ville © ADAGP, Paris - photo MAMAC Liège

James Ensor (1860-1949) La Mort et les masques 1897 Huile sur toile Liège, musée d'Art moderne et d'Art contemporain de la Ville © ADAGP, Paris - photo MAMAC Liège

J’avais une invitation pour aller au vernissage de la rétrospective Ensor au Musée d’Orsay (j’y étais déjà la semaine dernière pour la projection Gaumont.. vous vous souvenez ?). J’y vais toutes les semaines maintenant ! Je ne m’en lasse pas : la nef de la Gare avec sa perspective et sa statuaire : j’adore ! je pourrais y rester des heures..

Bon bref, ce n’est pas le propos : mon propos est de vous parler des deux expositions (sans aucun lien) présentées hier. C’était pratique avec le carton de l’une, il était possible de voir l’autre donc une pierre – deux coups ..

Dans l’ordre chronologique de visite, j’ai commencé par Ensor. Un peu inquiète je vous l’avoue, car même si je connaissais déjà un peu le travail de cet artiste, le carton d’invitation avec les deux squelettes conversant m’angoissait quelque peu.. :  il faut quand-même avoir envie et surtout ne pas être déprimé !!

En fait, j’ai été assez stupéfaite de la diversité des sujets : scènes d’intérieures, paysages, scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament, masques, natures mortes (la nature morte à la Raie est géniale!), squelettes, autoportraits de l’artiste …et encore j’en passe… il y en a pour tous les goûts !

James Ensor est né dans une famille de la petite-bourgeoisie d’Ostende en 1949 ; Figure originale il domina la peinture belge de son époque. Il commença à peindre sous l’influence de Manet et Degas et des symbolistes de l’époque. Son père, un ingénieur anglais, sombre dans l’alcoolisme. Sa mère, de souche flamande, tient un magasin de souvenirs, coquillages et masques de carnaval. Les heures passées près d’elle, dans un décor coloré et fantastique, influencent son inspiration. Ensor est avant tout un dessinateur de génie avec un trait d’une telle finesse et un humour grinçant jusque dans les moindres détails. Mais sa peinture n’est pas en reste : l’univers céleste/terrestre, onirique ou bien fantastique vous transporte du rêve au cauchemar, dans des paysages tourmentés à la manière du peintre Turner !

Une matière riche recouvre la toile avec une pâte apparente qui n’a qu’un but : faire jaillir la couleur et la lumière dans l’oeuvre.

Adam et Eve chassés du Paradis terrestre (1887) en est un bel exemple…1887 Adam et Eve chasses du Paradis ou Etude de Lumiere

J’en  ai encore des frissons dans le dos !

Pas fatiguée pour deux sous, j’ai enchaîné dans la foulée avec l’Art Nouveau Revival.

3903318658_542c630936_o

Pour mémoire, je viens donc de sortir d’un univers de « cauchemar » pour entrer dans un monde totalement « psychédélique ». Je m’explique : cette exposition montre la grande influence que l’Art Nouveau a pu avoir sur un certain nombre de courants du XXème siècle. Tellement évident que je n’avais jamais fait le rapprochement : les courbes et les contre-courbes végétales de l’Art Nouveau sont semblables aux courbes « psyché » des années 1960.

L’Art Nouveau a quelque peu ressuscité au cours des années 1960 en particulier au sen de la création contemporaine (design et graphisme). Les origines de ce renouveau sont multiples : hommages des surréalistes dans les années 1930, concours Organic Design in Home Furnishings organisé par le MoMA en 1940 ou grandes expositions montées à New York (Art Nouveau. Art and design at the Turn of the Century, MoMA, 1959) et Paris (Les sources du XXe siècle, musée national d’art moderne, 1960).

images-1

La démarche était de confronter créations Art Nouveau et créations des années 1950-1970 afin de mettre en avant les influences qui s’expriment dans des domaines aussi variés, et parfois inattendus, que l’ameublement, la mode, la publicité, le cinéma ou encore l’esthétique psychédélique.

Cette exposition m’a fait beaucoup rire (tant mieux en ce moment je ne ris pas suffisamment !) : il y a quand-même deux tables basse version « SM » (Sado Maso) dont une femme (mannequin en résine ou celluloïd) à quatre pattes avec tout l’attirail en vinyle qui va bien.. je vous laisse imaginer… la scène tout ceci entre deux meubles Art Nouveau – eux en revanche tout à fait « Tradi » ! – (le public n’avait pas le droit de prendre des photos… dommage, je ne peux donc pas vous montrer.. il faut y aller).

Autre objet inattendu : les « Toilettes Mouche » des Lalanne (Claude et François-Xavier Lalanne font partie de la grande lignée des couples artistes du XXe siècle au même titre que les Delaunay, les Tinguely – Saint Phalle. Elle, travaille sur le registre baroque et tout en sinuosités des végétaux entremêlés pendant que lui, explore un bestiaire aux formes épurées : une œuvre majeure entre le design et l’art) : imaginez une cuvette de toilettes avec des ailes de mouches prolongeant l’orifice : j’étais sciée !

Orsay, je n’ai plus aucun doute, se dépoussière !images

Publicités

8 commentaires sur “Une soirée au musée d’Orsay… 2 expos : Ensor et L’Art Nouveau Revival

  1. Excellent! Et passionné! Et ça se ressent!

    • Merci beaucoup ! J’avais vraiment envie de partager ce moment (décalé) de découverte et de bien-être. Cela me fait plaisir de voir que j’ai réussi à transmettre ces sensations.
      A très bientôt
      Tana

  2. J’ai aussi visité l’exposition et je dois rendre une composition pour les cours, dans le grand hall j’ai photographié le grand canapé multicolore aux formes semblables à une attraction d’aire de jeux mais j’ai oublié de relever le nom de l’oeuvre et l’artiste, l’aurais-tu ?

  3. Je te remercie d’avoir quand même effectué quelques recherches, et je pense que j’irai en librairie pour trouver le nom de l’oeuvre et son designer.
    Désolé de m’avoir mis autant de temps pour répondre, et merci encore.

  4. Alors là, les amis, quelle coïncidence ! j’y suis allée aujourd’hui, et j’avais complètement oublié ce billet de Tana, je m’apprêtais à écrire le mien quand j’ai vu le commentaire de Rémy. Je vous réponds donc – avec la doc sous les yeux, je n’ai aucun mérite – qu’il me semble que cette installation vient de Verner Panton (Phantasy Landscape).

    Par ailleurs, Tana, merci pour ce billet, j’ai moins aimé Ensor, mais les chiottes à la mouche m’ont fait grande impression aussi. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :