3 Commentaires

Gaumont et les débuts du 7ème Art..

480386404ed17Hier soir grâce à une amie extrêmement chère qui m’a invitée à l’accompagner au Musée d’Orsay, j’ai eu la chance d’assister à une projection privée dans l’Auditorium du musée (très beau je dois dire) et ainsi découvrir les balbutiements du 7ème Art : certains films « muets » (ou presque… suivant les années..) datant de la fin du XIXème siècle ! Ce bouquet commenté avec passion par un spécialiste du genre : Dominique Païni, entre autres, ex directeur de la Cinémathèque française http://fr.wikipedia.org/wiki/Dominique_Païni

Vous vous rendez compte le temps des Impressionnistes.. avec un déjeuner sur l’herbe » (comme celui de Manet) mais filmé !

Des comédies burlesques, drames, saynètes de la vie quotidienne, empruntes d’humour et de légèreté. On peut alors (re) découvrir et revivre ce cinéma des origines, témoin du temps passé et expression du passage du XIXème au XXème siècle et ainsi réveiller selon la belle expression de Louis Feuillade « des princesses endormies », joyaux de l’histoire du cinéma…

Mais tout n’est pas perdu pour vous…

Car Gaumont Vidéo et les Archives Gaumont ont sorti deux volumes d’une anthologie exceptionnelle consacrée aux pionniers du cinéma. Des œuvres inédites de styles très différents, qui montrent combien ces premières œuvres furent déterminantes pour l’histoire du cinéma mondial.

Le premier volume est consacré à trois auteurs-réalisateurs :
Alice Guy, la première femme cinéaste, Louis Feuillade, le réalisateur de Fantomas, Les Vampires et Judex et Léonce Perret.

Quant au second, il continue d’étudier le cinéma français des origines à travers 10 cinéastes pionniers : d’Emilie Cohl à l’Ecole des Buttes Chaumont en passant par Jean Durand..

Ces coffrets « Gaumont – Le cinéma premier », se trouvent être apparemment « le fruit des travaux de valorisation entrepris ces dernières années (par Gaumont) : recherche des copies, (avec la collaboration amicale et passionnée des Cinémathèques et Archives du monde entier), recherche des scénarios, des intertitres, des teintures d’origine, restauration technique de ces copies parfois maltraitées par le temps, commande de musiques originales à de grands musiciens ».

Ces coffrets « Gaumont – Le cinéma premier » Vol. 1/Vol. 2 – environ 60 € (chaque coffret)

Offrez les vous et passez plusieurs bonnes « soirées cinéma » sous la couette !

Publicités

3 commentaires sur “Gaumont et les débuts du 7ème Art..

  1. Génial et merci.
    biz
    Gilles

  2. Alice Guy n’est pas seulement la première réalisatrice française mais LA première réalisatrice au monde avec La fée aux choux (1896), film dans lequel elle associe l’image animée des frères Lumière et l’art théâtral. Elle crée alors un nouveau genre : le septième art. Elle est aussi la première femme créatrice d’une société de production cinématographique, la Solax film Co en 1910. Née à St Mandé en 1873, décédée en 1968 à Mahwah dans le New Jersey.

  3. Merci pour ce complément d’infos Gilles ! Je n’en attendais pas moins de toi ! 🙂 biz Tana

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :