3 Commentaires

Yishai Jusidman, un artiste mexicain qui vous veut du bien

Parce que ce n’est pas encore tout à fait la rentrée, bien que la grisaille parisienne insiste pour nous faire croire que l’automne est déjà là, je voulais vous parler d’un artiste que j’ai découvert au Mexique cet été, Yishai Jusidman, grâce à une exposition au Musée d’Arts Modernes de Mexico sobrement intitulée « Obras / Paintworks ». Cette rétrospective présente des œuvres choisies de chacune des 12 séries créées par l’artiste depuis 1987, soit 107 pièces crées sur 20 ans. D’abord présentée au Museo Amparo de Puebla, une ville à environ 2h de Mexico, elle est arrivée sur le sol de la capitale mexicaine en avril dernier.

"Histoire du Mexique, de la Conquête à 1930" (1929-35) Palais présidentiel de Mexico

"Histoire du Mexique, de la Conquête à 1930" (1929-35) Palais présidentiel de Mexico

Pour tout vous dire, je me suis d’abord demandé : « Quoi ?? Il y a eu des artistes mexicains depuis Frida et Diego ?? » J’ai trouvé la réponse dans un article écrit justement par Yishai Jusidman dans le Los Angeles Times. Selon lui, dans les fresques de Rivera, on ne voit pas « la main de l’artiste, mais le Destin lui-même. Cela vous paraît exagéré ? ». Ben, c’est-à-dire que…un peu quand même. Il continue en disant que l’absence de disciples du « Maître » – personne n’étant assez fou pour se lancer sur ses pas – est notamment à l’origine du fait que les fresques de Rivera font désormais partie intégrantes du patrimoine culture mexicain au même titre que les Pyramides, les ruines mayas, et le guacamole (bon ça, ça n’est pas de lui…).

Pas facile donc pour un artiste mexicain de se défaire de cet héritage culturel et artistique. Et pourtant, Yishai Jusidman est en totale rupture avec la peinture figurative et naïve de Diego Rivera et son « mexicanisme ». Au contraire, il s’est largement appuyé sur  l’actualité pour trouver ses sources d’inspiration.

The Economist Shuffle #2 (2006) Courtesy of the artist and Yvon Lambert New York

The Economist Shuffle #2 (2006) Courtesy of the artist and Yvon Lambert New York

Correspondant mexicain du magazine Artforum International, journaliste régulier pour Reforma, un quotidien de la ville de Mexico, il a également participé à The Economist, rubrique « The World this week ». Sa série la plus récente (2006-2008) s’intitule d’ailleurs « The Economist Shuffle ». Ce sont des photographies parues pour résumer et incarner l’actualité de la semaine transmuées en petits tableaux. Représentant des événements connus ou non, chacun illustre à sa façon une facette du monde actuel.

Geisha Trio

Geisha Trio

La série Geisha (1992-1993) m’a aussi particulièrement plu. Au départ, j’ai cru que ces peinture étaient des monochromes blancs. Et puis, j’ai vu une ligne, puis une autre, se dessiner littéralement sur la toile…enfin, ces différentes formes, en ombre chinoises comme derrière plusieurs paravents. Dans un commentaire de son œuvre, il explique que la peinture peut être un médium de séduction, étant donné que ce processus est liée à une offensive acceptée tacitement par le « séduit ».

Enfin, et peut-être en héritage de la tradition naïve portée à son paroxysme par Diego Rivera, Yishai Jusidman s’est également penché sur la question de la représentation. Avec ces portraits pixelisés, on voit un visage sans le voir, ou peut-être en le voyant trop. Coloré, décomposé, figuré, ces deux personnages se regardent, et se renvoient une balle imaginaire.

Portrait_YJ_1

Portrait_YJ_2

Multiple, différente, jouant avec les supports et les effets de matière et de couleurs, l’oeuvre de Yishai Jusidman questionne, émeut, fait rêver et porte haut les couleurs de l’art mexicain. Enfin, pour résumer tout ça par une formule typiquement mexicaine  : ¡ Qué barbaridad !

Publicités

3 commentaires sur “Yishai Jusidman, un artiste mexicain qui vous veut du bien

  1. Génial !!! j’aime le principe de l’artiste correspondant de presse.
    Bon j’ai envie d’aller à Mexico !
    Tana

  2. J’aime le principe de l’artiste correspondant de presse..
    Bon j’ai envie d’aller à Mexico !
    Tana

  3. […] ville de Mexico (dont la programmation  était décidément canon et dont j’ai déjà parlé ici), j’ai vu une exposition sur le même thème. Il s’agissait de photographies […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :