1 commentaire

Raimundo Santos ou la symbolique du village brésilien

img_10711Si je n’ai pas beaucoup posté ces derniers temps, c’est que je rentre de 15 jours au Brésil. Entre deux expéditions, j’ai découvert là-bas des artistes que j’aimerais à mon tour vous présenter. C’est le cas de Raimundo Santos Bida, un peintre naïf brésilien, découvert par hasard au détour d’une ruelle de la vieille ville de Salvador de Bahia.

Bon, j’adore la peinture naïve, ça aide. Mais au-delà de cette affiliation, son style, reconnaissable aux personnages noirs aux énormes mains et aux énormes pieds, m’a touché. Les toiles que j’ai préféré sont celles qui se déroulent en extérieur, où la vie semble simple et idéale, pleine de couleurs, à l’abri d’une colline protectrice. img_1069

Seulement voilà : je  n’avais pas mon appareil photo avec moi, et impossible d’y retourner plus tard, je partais dès le lendemain matin. La chance m’a sourit quand même, dans la gare routière de Salvador, en attendant le bus : une grande fresque de Raimundo Santos au mur, sous plastique, n’attendait visiblement que moi pour la prendre en photo. Ce sont les images que vous voyez là.  Certes la qualité est pourrie, mais elles ont au moins le mérite d’exister.

img_1070

Son village se compose d’une église dans le plus pur style colonial, de quelques terrains délimités par des enclots et de maisons de couleurs pétantes insérées dans un environnement de palmiers ondulants et de végétation luxuriante….Les activités des habitants et les éléments de décor sont aussi intéressants du point de vue de l’imaginaire collectif brésilien : la musique et la danse font partie de la vie quotidienne, qui se déroule en extérieur et à côté d’animaux. L’un des garçons porte un T-shirt jaune avec le numéro 11 dans le dos : probablement un maillot de foot, sport élevé quasiment au range de religion au pays de Lula.

La puissance symbolique du village m’a frappé à ce moment-là : à la fois entité urbaine simple et complexe, c’est un vecteur puissant d’images de l’inconscient collectif. En France, ses éléments constitutifs ne sont pas si différents, mais ils font appel à une représentation de la collectivité et de la vie quotidienne différente  : l’église serait plutôt un clocher, et les collines des champs parcellisés, conséquence de la réforme agraire, que les Brésiliens attendent toujours. Et puis, pour les palmiers, on repassera !

Pour en savoir un peu plus sur Raimondo Santos, c’est .

Publicités

Un commentaire sur “Raimundo Santos ou la symbolique du village brésilien

  1. Hello there, I do think your website may be having internet browser compatibility issues.
    When I look at your site in Safari, it looks fine however when opening in Internet
    Explorer, it’s got some overlapping issues. I just wanted to provide you with a quick heads up! Aside from that, excellent website!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :